samedi 24 octobre 2015

paradoxe

elle a accouché il y a quelques jours, et le carnet de santé raconte une belle histoire: un accouchement rapide, sans péri, un bébé en pleine forme...
"dites donc, il s'est très bien passé votre accouchement!"
silence.
je me retourne.
elle pleure.
en fait non. en fait elle la voulait la péri. déjà pour le premier elle est arrivée trop tard. alors là elle est venue dès la première contraction! mais non, l'équipe était débordée, et quand enfin elle aurait pu l'avoir, il était trop tard.
parfois l'idéal de l'une est bien éloigné de l'idéal de l'autre.
elle aura au moins pu le dire. au moins pleurer alors qu'autour d'elle tout le monde se demande pourquoi elle est triste.

5 commentaires:

  1. À l'inverse, j'ai eu une césarienne que j'ai vécue comme traumatique, et peu de personnes de mon entourage comprennent la marque durable ("ce qui compte, c'est que ton enfant et toi soyez en bonne santé" !)...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. complètement! (c'est mon cas aussi) mais comme quoi, on n'a pas toutes les mêmes attentes...

      Supprimer
    2. "Ce qui compte", c'est à chaque femme de le décider pour elle-même.

      Supprimer
    3. Oui... quel dommage dans tous les cas quand nous ne sommes pas écoutées.
      Ce traitement a vraiment ébranlé ma confiance en le personnel médical, et j'ai peur de ce qu'il se passera pour ma prochaine grossesse.
      Peur qu'on ne me respecte pas (à nouveau), peur que cette première césarienne ait endommagé tellement ma confiance à donner naissance naturellement que je n'y arrive pas et que je sois à nouveau "forcée" de subir une césarienne parce que ça ne va pas assez vite, madame...

      Supprimer
    4. choisis bien ta mater, pour ça. il te faudra un vrai accompagnement;..

      Supprimer