lundi 5 juin 2017

tempo

ce bébé là prend son temps...

la date ultime est passée depuis quelques jours mais pour lui, le moment n'est pas encore venu. il fignole, tergiverse, attend le moment parfait...

et puis une nuit, enfin, l'appel attendu, "je pense que tu peux venir..."

mais ce bébé prend encore son temps... arrête les contractions, oblige sa maman à se reposer, à prendre le temps d'être enceinte, encore un peu...

le jour amène à nouveau ces vagues intenses qui annoncent sa naissance. tranquillement, sans précipitation....

on fait un tour dans le quartier pour profiter du soleil et du chant des oiseaux. on revient prendre un thé, on discute entre 2 contractions. on repart pour un longue promenade, choisissant les rues qui montent et descendent. les vagues sont plus fortes, la discussion se fait plus rare, ce bébé semble enfin décider à naître...

et puis les vagues se font puissantes.

et puis la poche des eaux se rompt.

et puis le bébé descend.

une demi journée après l'appel, le voilà qui nait, enfin.

il a choisi son moment, il a choisi son temps pour naître. il a décidé de donner tort aux échographies et aux manuels. et tout va bien.

dimanche 20 novembre 2016

un matin, bis...

le jour s'est levé mais il est encore tôt. suffisamment tôt pour que la grande artère commerçante soit encore quasiment déserte. je pose mes affaires dans la voiture et la déplace avant l'arrivée des premiers clients en effervescence pour ce dernier mois avant noel...

la nuit a été quasiment blanche et je préfère marcher un peu avant de reprendre la route. les rares passants que je croise sont pressés... je flâne en prenant le temps d'observer, pour une fois, les belles façades du centre ville. je reste encore en un peu dans l'euphorie de cette nuit... j'ai encore la sensation de ce petit corps qui glisse dans mes mains, les larmes des parents , les miennes un peu aussi... cette magie-là dont je ne me lasse pas et que j'essaie de garder un peu intact avant de repartir dans la circulation du week-end.

je m'arrête un instant acheter de quoi petit déjeuner en regardant les vitrines décorées pour les fêtes. l'adrénaline est retombée et j'ai faim... la fatigue se fera sentir aussi sous peu. j'ai craint un moment que ce bébé ne naîtrait pas chez lui... et puis finalement il a vu le jour dans la pénombre de la chambre de ses parents, veillé par son futur compagnon à 4 pattes, discret mais bien présent, peu stressé par l'agrandissement de sa famille...

il est temps de rentrer, de dormir... demain je reviendrais voir si tout le monde se porte bien. en attendant, mes compagnons à 4 pattes à moi doivent réclamer leur pitance matinale à la maison!

samedi 10 septembre 2016

un matin...

c'est le petit matin et les rares bâtiments que je croise se découpent en noir sur le ciel pâle... je croise des lapins, ou des lièvres, on m'a dit récemment que les lapins avaient un terrier et les lièvres non, et
que donc a priori, les longues-oreilles que je croise à cette heure devaient être des lièvres... je croise aussi, parfois, des chevreuils ou des hérissons, plus rarement des sangliers...

c'est le petit matin et je viens de laisser mon fils ensommeillé chez une amie. le papa m'a appelé un peu avant 5h du matin, cela fait une semaine qu'elle enchaine les faux travails, mais les contractions là sont différentes...

c'est le petit matin et c'est 42SA. ma limite pour l'accouchement, pour la poursuite de la grossesse. cela fait 2 jours que la maternité où elle est inscrite harcèle, menace, pour déclencher. aucune discussion posée là dedans. c'est à coup de "c'est le protocole" et autres "votre bébé va mourir" qu'ils ont tenté de mettre la pression. pas de place là dedans pour un éventuel consentement éclairé, pour le libre arbitre du couple. pourtant , les parents ont été très clairs: ils refusent tout déclenchement avant 42SA, sauf, évidemment, si le bébé montrait des signes de souffrance avant. ce qui n'a pas été le cas...

c'est le petit matin et j'aurais aimé que cela se passe mieux. que nous puissions, la maternité et moi, assurer le suivi de dépassement de terme sans stress et en collègues. j'aurais aimé avoir un compte rendu des monitos et échos réalisés là bas. j'aurais aimé...

c'est le petit matin et j'aborde le dernier virage. je fais attention à ne pas rater l'entrée du hameau, le portail est ouvert, le papa m'attend devant la maison.

"elle est née il y a 2 minutes!"


vendredi 1 janvier 2016

acceuilli!

le quartier est le plus défavorisé de la petite ville. une cité où la mairie a repeint les façades pour que ça fasse plus joli quand on passe. mais l'intérieur des immeubles témoigne de leur vétusté. tout ce joli extérieur n'est que poudre aux yeux. ici les mots chômage, CMU et RSA prennent tout leur sens...

ce boutchou là a voulu faire une surprise à ses parents. personne ne s'imaginait accueillir un petit frère à noel. et pourtant, ce sont 4kg de bonheur qui ont pris tout le monde de court.

dans le quartier, sinon la nouvelle annoncée, tout le monde s'est mobilisé. ce sont pas moins de 3 valises de vêtements, une poussette et tant d'autres choses indispensables qui ont été donnés à la famille.

le premier jour de l'année, dans l'appartement surchauffé pour que le bébé n'ait pas froid, je trouve 2 grands frères avec des étoiles dans les yeux et des parents aux grands sourires.

"c'est un vrai bonheur qu'il soit là!" me dit-on.

bonne année!

samedi 24 octobre 2015

paradoxe

elle a accouché il y a quelques jours, et le carnet de santé raconte une belle histoire: un accouchement rapide, sans péri, un bébé en pleine forme...
"dites donc, il s'est très bien passé votre accouchement!"
silence.
je me retourne.
elle pleure.
en fait non. en fait elle la voulait la péri. déjà pour le premier elle est arrivée trop tard. alors là elle est venue dès la première contraction! mais non, l'équipe était débordée, et quand enfin elle aurait pu l'avoir, il était trop tard.
parfois l'idéal de l'une est bien éloigné de l'idéal de l'autre.
elle aura au moins pu le dire. au moins pleurer alors qu'autour d'elle tout le monde se demande pourquoi elle est triste.

samedi 3 octobre 2015

SMAM

elle avait prévu de reprendre le travail en allaitant. côté boulot, ça ne posait pas de souci : elle bosse dans les locaux de Super PMI Pro Allaitement.

c'était sans compter sur la crèche.

dont je connais bien la directrice, qui dirigeait la crèche familiale quand mon fils y était.
celle qui a ouvert des grands yeux quand j'ai parlé d'emmener des bibs de lait congelé et des couches lavables.
(je vous rassure, ma nounou était top et a géré nickel. elle, ça ne lui faisait pas peur!)

mais là, plus de crèche familiale, c'est un multi accueil.

et le protocole d'accueil des enfants allaités témoigne de la méconnaissance du personnel quant à l'allaitemement...

décapage des seins (ben oui, on sait jamais, si de vilaines bactéries se mettaient dans le lait)
préférer le lait frais au lait congelé
panique à bord quand la maman arrive avec le bib, faut le mettre au frigo dans les 5mn, sait-on jamais!
panique quand elle emmène ce lait dans des sachets de conservation (à dire vrai, la directrice ne savais même pas que ça existait - elle croyait que la maman parlait de sachets de congélation basiques)

bref...

récemment une patiente allaitante, en formation d'ass mat, m'a raconté la partie allaitement maternel:
- inciter les mamans à sevrer
- si le lait se sépare en 2 phases il faut le jeter
et je vous en passe...

bref, ya encore du boulot.

le thème de la SMAM cette année? allaitement et travail...
je vais appeler la PMI et voir si on ne peut pas faire une séance d'info à la crèche et aux ass mat...

lundi 14 septembre 2015

1 an...

il y a 1 an que ma vie a commencé à changer. il a suffit d'une nuit pour que tout bascule, une nuit pour que mon métier prenne un autre tournant.
ça a passé si vite. j'ai l'impression d'être là depuis des années. les hésitations du début ne sont plus là. les patientes , elles, sont là. je n'en manque pas. leur confiance me touche, alors j'essaie de trouver des solutions, des réponses même quand je suis aussi perdue qu'elles. je sais que certaines me font de la pub, parce que j'ai des appels de copines/belles soeurs de... c'est chouette. certaines se mettent à me tutoyer, tout naturellement. avouons le, quand je sais tout de leur vie intime, au bout d'un moment, je peux comprendre et ça ne me choque pas!
bref, je n'ai aucun regret. petit ange tout là haut, que je suis triste que tu sois parti, mais visiblement, tu ne veilles pas que sur tes parents...